Mon chien est mort : je suis brisée

Helene

3 décembre 2021

>
>
>
Mon chien est mort : je suis brisée

« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis ». Pour moi, ces mots de Victor Hugo au sujet de sa fille décédée, reflètent exactement ce que je ressens aujourd’hui. En Septembre 2021, mon chien Dexter est mort d’un cancer de l’os foudroyant à l’âge de 9 ans. Certes il n’était plus tout jeune. Mais, son cancer l’a emporté en 2,5 mois après avoir été découvert. Je n’ai pas eu la sensation d’être préparée à cette déchirure. Il a été découvert par hasard après une journée passée au bord de l’eau. Sa mort m’a été extrêmement brutale. Cela semblait irréel. Comment mon chien qui courrait, se baladait tous les jours, vivait sa plus belle vie en famille après des années de SPA, peut il être mort ? Puis, la stupeur passée, mon monde s’est écroulé. Ce n’est pourtant pas mon premier chien. Est-ce que notre histoire était si particulière ? Pourquoi j’ai l’impression depuis des mois de survivre avec un poignard dans le cœur dès que je me lève ? 

118249495 768560043895633 8215174449217261705 n
Souvenirs de notre team de choc

Je sais que certains ne comprendront pas pourquoi la mort de mon chien me touche comme si c’était la mort de mon propre enfant. Mais je m’en fou. Je n’aurais jamais imaginé ressentir une émotion si intense et négative à la fois. Nous ne sommes pas toujours maîtres de nos émotions… d’ailleurs ses mots sont plus pour moi et pour m’aider à mettre par écrit des émotions, mettre des mots sur ce qui me détruit de l’intérieur.

Ce que j’aimerais te dire

Mon chien, mon ami, tu me manques tellement.

Nous avons parcouru tellement ensemble en peu de temps. 6 ans, c’est à la fois court et long. 

J’en oublie tous les défauts que j’aimais tellement chez toi et qui me manquent. 

Je ressasse les souvenirs en permanence. Ceux qui font rire et ceux qui font pleurer.

Je ne me suis pas débarrassée des preuves de ton existence : ton carnet de santé, ton collier…

Le jour de ton adoption était vraiment un moment de joie pour nous deux.

Nous avons tellement partagé. Tu étais mon compagnon d’aventures

Il n’y a rien eu de plus gratifiant de t’avoir dans ma vie et de t’avoir accompagné vers ton dernier souffle.

61446164 459934508091523 386161269792571392 n
Dexter et Arsène

Le dernier jour

Je me souviens de cette journée comme ci j’y étais. ta maladie t’avait fait perdre 8 kg au point où l’on sentait ta colonne. Ta tumeur qui menaçait de casser ton bassin à chaque instant, avait déformé ton corps. Ce matin-là, tu ne t’es pas levé. Cela faisait plusieurs semaines que ton corps te limitait. Mais j’ai compris ce matin-là, que ce n’était pas pareil. Je l’ai sentie dans mes tripes. Tu allais me quitter. S’en est suivi des appels au vétérinaire pour t’amener en clinique dans la soirée et voir ce qu’on pouvait faire…encore. Je ne voulais pas que tu souffres. L’acharnement thérapeutique, c’est pas mon truc. Pourtant j’aurais tout donné à ce moment-là pour que ce ne soit pas le dernier jour de ta vie.

13662212 1348157738547005 4549325440991501936 o
Dexter et sa copine Lyca

Ont suivi les pires heures de nos vies. Autant pour toi que pour moi. Tu t’es mis à hurler. Sans interruption. A de rares exceptions, les moments de silence étaient plus terrifiants que tes hurlements. En famille, nous t’avons accompagné chez le vétérinaire en urgence. Nous n’avons même pas attendu. Le vétérinaire nous a pris à notre arrivée. Le vétérinaire ausculte mon chien silencieusement. Je le vois à son attitude. Il n’aura pas de bonnes nouvelles pour moi. “On peut le maintenir en vie quelques jours de plus pour vous laisser un peu de temps”, “mais il ne sera plus lui et je ne garantie pas qu’il ne souffrira pas”, “c’est la fin”, des paroles gentilles et d’accompagnements ont suivi. La délicatesse du vétérinaire était remarquable. Je pense que les maîtres doivent être rassurés avec lui dans ce genre d’épreuve. Mais à ce moment-là, je suis juste froide, en colère, triste dans ma tête. Mais résolue à abréger tes souffrances. Te laisser partir librement rejoindre Bambou notre autre chien décédé au premier confinement. Mes deux vieux chiens en l’espace d’un an, c’est trop. La vie me semble tout d’un coup trop douloureuse à supporter. J’ai un autre chien à la maison. Je pense à lui Semper. Le plus jeune, il a juste 7 mois. Il représente toute la vie qui quitte Dexter. Mon chien ne respire plus. Il est apaisé. Je ne le suis pas vraiment. Mais c’est un soulagement qu’il ne souffre plus.

Ton adoption

Je me suis dit que je finirais cet écrit bien lourd par quelque chose de positif. Parler de ton adoption. Tu avais 3 ans de refuge dans les pattes. Arrivé à moins d’un an au refuge. Tu y passeras 3,5 ans de prison ferme, sans sortie à cause des étiquettes qu’on t’aura collé à l’arrivée. Pas ok humain, pas ok chien, pas ok chat. Pourquoi t’ont-ils gardé s’ils avaient si peu d’espoir pour toi. Aucune idée. Mais, pendant un an j’ai vu ton profil “À Adopter” défiler sur les réseaux. 

12931223 1261190877243692 3056205601534406527 n

Ta tête et ton nom me rappelaient un des chiens de mon enfance. J’ai bataillé pour t’adopter. Je ne correspondais pas au profil qu’ils recherchaient pour toi. J’avais un chien et un chat et puis je n’avais à l’époque pas de jardin. Mais après des semaines de bataille pour juste faire un teste de comportement pour compatibilité, ils ont accepté qu’on essaie une rencontre avec mon chien Bambou husky adopté également. Ce moment a été décisif pour nous deux. Le coup de foudre entre deux âmes. Mes deux chiens se sont acceptés dans la seconde. Au retour de la balade et de la rencontre, le destin nous a envoyé un chat errant dans les pattes. Il s’est frotté à Dexter. Celui-ci était d’une grande gentillesse. Finalement il n’était intéressé que légèrement par les chats qui courent. Je savais que tu resterais avec moi. Je ne peux pas l’expliquer, mais vous savez parfois, vous sentez juste les choses avec exactitude. C’est ce qu’il s’est passé. Tu es devenu mon Dexter, mon Doudou, mon p’tit chien (de 40 kgs quand même).

90988371 664358094315829 1403309460784414720 n
Dexter et Bambou

Le mot de la fin

Je ne sais pas combien de temps je mettrai pour finir mon deuil. Chacun le traverse différemment. La douleur est juste là. Elle m’accompagne tous les jours, au boulot, dans mes interactions avec Semper, dans la vie où il n’est plus. J’attend avec impatience le jour où cette douleur deviendra une douce amie pleine de souvenirs…

70941003 533346694083637 7099443312355966976 n
Notre famille en 2019

A PROPOS de L'AUTEUR

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Bonjour Hélène, oh combien je vous comprends. Mon ange s’est endormi ce 18 juin. Je l avais adopté dans un refuge LPA aussi. J aimais déjà les animaux biensur, les chiens en particulier mais je ne m attendais pas à ce qu il change ma vie à ce point et à autant d amour entre nous. Son absence depuis est insoutenable. Bon courage à vous, il faut probablement continuer d aimer

    1. Merci de votre soutient. J’ai d’autres animaux à aimer. Mais il est vrai que les uns ne remplaceront jamais les autres <3

  2. Hélène, je suis dans le même état que vous…. mon rescueboule Gars-Di, (adoption suite à un hasard plus qu’étonnant) a du “partir”, si douloureusement, suite à un lymphome fulgurant le 4 juillet… je n’ai pas eu le temps, le temps de nous battre, d’accepter, tout s ‘est fait au jour le jour en courant chez le véto, la chimio ect , en demandant de l’aide, en tentant de remuer ciel et terre… et brusquement le dimanche soir 4 juillet la souffrance devint telle qu’il fallut la faire cesser … le matin même je n’aurai pu imaginer que c’était le dernier jour et je m’en veux à mourir, c’était impossible dans ma tête (il aurait eu 10 ans le 18 août je m’accrochais à cette date comme à une bouée)…. sa confiance absolue jusqu’à la dernière seconde, ce sourire sur sa face d’ange malgré la douleur intense, son regard sur moi toujours… il était mon 7ème chien, j’ai l'”habitude” des deuils des 2 et 4 pattes et du malheur… mais cette fois Gars-Di est mon impossible deuil, je n’arrive pas à vivre sans lui, je ne peux accepter de vivre sans lui, cet arrachement par une maladie terrible si brutale alors que j’avais tout fait pour qu’il entre en vieillesse avec confort malgré son corps de bouledogue, il faisait tout jeune pour ses 9 ans… oui j’ai perdu mon chien que je respecte en tant que chien mais aussi mon enfant, oui, mon enfant, mon tout, mon parfait, un être d’exception qui depuis le jour où on l’a abandonné sur mon tapis m’a offert sa confiance absolue, absolue… et je n’ai rien vu arriver, rien pu faire… chaque jour se lève avec son absence, ce manque abyssal, à la fois de la douleur, de la colère, du refus…, qu’il faut cacher pour poursuivre, travailler… Il est mon impossible deuil. Le ciel s’est effondré. Le monde s’est éteint. Je l’aime tellement, j’étais son monde malgré tous ses copains, on ne s’est quasi jamais quitté en 9 ans… Vous êtes jeune et Semper est là, et demande tant d’attention (caresse à ce grand et magnifique bébé qui vous en fait voir de toutes les couleurs), je vous souhaite de trouver la paix… Courage.

  3. Bonjour Hélène, j’ai lu votre message et il m’a énormément touché, j’ai perdu mon chien Scouby au mois de septembre 2021,il avait 15 ans..il a bien vécu,on sait qu’il est âgé mais on est pas préparé ….j’ai eu énormément de peine ..une peine immense que mon entourage ne m’a pas compris…pour eux ce n’était qu’un chien mais pour moi c’était un membre de ma famille..j’en pleure encore parfois aujourd’hui au bout de 3 mois…3 jours après son décès un chaton sauvage est venu chez moi,je l’ai apprivoisé se qui m’a permis de me remettre petit à petit de la mort de mon chien,ce chaton m’est tombé du ciel,il a senti ma détresse je pense… mais un chat ne remplace pas un chien même si je l’aime c’est pas la même complicité..il a été ma thérapie et il restera avec moi car je l’aime beaucoup…et depuis 3 semaine j’ai repris un chiot..j’ai donc un chaton et un chiot qui sont super complices…je revis et me sent mieux émotionnellement.. même si mon chiot ne remplacera jamais mon Scouby… comment allez vous aujourd’hui ? Moi sa va mieux mais parfois je pleure encore quand je pense à lui.. je me demande combien de temps ma peine va durer ? Malgré mon chaton et mon chiot qui m’apportent énormément de joie il y a tout de même des moments de tristesses en moi…c’est très dur de perdre son animal de compagnie..je vous comprends parfaitement..
    Magali

  4. Chère Hélène,
    Je n’ai jamais partagé quoi que ce soit sur les médias sociaux ou forum mais je me lance ici car votre histoire me touche énormément et je salue votre courage d’exposer votre souffrance et expérience dans laquelle je me reconnais car j’ai perdu mon chien Enzo ….il y a un bon moment déjà d’un hemangiosarcome. Je trouve immensément triste de savoir que vous ressentez ce mal atroce. Je trouve que vous avez réussi à mettre des mots justes pour exprimer des émotions difficiles. Je vous souhaite pour 2022 une année moins pénible, un cœur plus léger, une gorge moins nouée.

  5. Bonjour Helene,

    Je vous comprends très bien, j’ai perdu mes deux bébés il y a un peu moins d’un an ma petite karamel petite mimine de 11 ans que j’ai perdu en un rien de temps pas le temps de me retourner ou même de me préparer psychologiquement car elle est morte à moins de 2 minutes de la clinique vétérinaire dans ma voiture sur mes genoux le 23 mars 2021 à 14h30 et quelques mois plus tard j’ai perdu mon bouvier bernois de presque 8 ans d’un cancer du foie le 4 juin 2021 à 12H30. Dates et heures que je ne pourrais jamais jamais oublier. De plus je m’en veux énormément car je n’ai vu aucuns signes d’alerte, les deux ont été des décès foudroyant. Je me rappellerais toujours ma réaction qui a été de me replier sur moi, aucunes émotions n’est arrivées et maintenant que les mois passent je ne me suis toujours pas réouverte au monde, et j’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi, que je suis morte à l’intérieur. En leurs mémoires je me suis tatouée leurs noms sur les côtes gauche au niveau du coeur, car je ne voulais pas les oubliés et surtout qu’ils soient gravés en moi et sur moi.
    Ils sont tous deux partis trop tôt alors que nous avions encore pleins de choses à vivre, depuis je ne me promènes plus car ils venaient partout avec moi : restaurant, bateaux, hôtels, voyages en France comme à l’étranger. Complicité unique avec les deux, mon boubou s’appelait Idem c’était mon premier chien à moi car j’ai toujours vécu avec des chiens mais ils étaient à la famille, éducation faite par ma maman alors que lui je lui est tout appris, jamais mis en laisse sauf en ville et toujours avec un harnais au cas où. Un chien avec qui j’ai fait de la haute montagne enneigée et qu’il attendait que je lui dise où marcher pour éviter qu’il tombe, qu’il se fasse mal quelque part. Un chien et une petite mimine unique.
    Je vous ai aimé, je vous aime et vous aimerait jusqu’à ma mort.

  6. je vous comprends et je sais exactement ce que vous ressentez, je viens de perdre ma fille bichonne de 15 ans que j’avais recuperé voila 7 ans elle avait été toujours battue, affamée et avait vécue dehors par tous les temps, avec moi elle a vécu au paradis rien n’etait trop beau pour elle, je l’avais surnommer mis monde, c’etait ma reine, elle avait le cushing et était diabétique, et etait devenue aveugle, j’etais ses yeux, c’etait un pacte entre elle et moi, mais je ne sais pourquoi, dans la soirée en allant nourrir des chats errants je me suis effondré en larme, j’ai senti qu’elle allait mourrir, je suis rentrer et je l’ai trouver comme d’hab couchée sur le canapé, je l’ai prise dans mes bras et je lui ai dis qu’elle n’oublie pas le deal qu’on avait passé, de ne jamais se séparer, je l’ai bien couverte pour qu’elle ai chaud, je lui ai dis je vais fermer aux chats et lorsque je suis revenu elle etait morte, je sais qu’elle n’a pas souffert, je pense que ses reins ont cesser de fonctionner mais je sais que jamais je ne l’oublierai, elle etait toujours avec moi et dormait tout contre moi, je sais que je n’en reprendrai jamais car je ne suis plus tres jeune et j’ai sur mon terrain une soixantaine de chats que je nourri mais dans mon coeur elle est et sera toujours irremplaçable, je ne sais pas combien d’années il me faudra pour que ma peine s’attenue car j’ai mon coeur qui saigne et je ne sais s’il cicatrisera un jour, c’etait pour vous dire que je vous comprends et que je suis de tout coeur avec vous , nadine

  7. Bonjour, je viens par hasard de tomber sur votre article. J’espère que vous allez un peu mieux. La mort d’un animal c’est terrible car à part avec les humains qui ont vécu ça et qui comprennent la place qu’il peut prendre dans nos vies, pour les autres c’est “juste un animal”, alors que pour nous c’est / c’était une part de nous. Je vous souhaite des moments heureux avec le petit dernier. Quant à votre remarque sur la SPA, je vois de plus en plus d’histoires comme celle de Dexter, et je me dis que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

  8. je vous comprends tellement ..mon c
    anaille vient de partir à l age de 15 ans … il fait bparti de la famille …ll avu grandir nos filles , c’est un déchirment ..mais d’ou il est est il restera avec nous quoiqu’il arrive …à jamais dans nos coeurs.

  9. Bonjour,
    Je suis malheureusement dans le même cas que vous , plein de douleurs tout les jour depuis la mort de mon chien Pepereloulou adoré qui est partit dans la nuit du vendredi au samedi 11 décembre 2021 d’une tumeur cancéreuse mastocytome à côté du fourreau. J’aimerai bien échanger avec vous. Vous envoyer une belle photo de mon Pepereloulou.
    Mon adresse mail : andre.ridon@orange.fr
    Merci a bientôt. Bernard

  10. Bonjour Hélène
    Je suis comme tous ces témoignages depuis la perte de mon petit coeur.
    Ma vie s’est arrêtée le 31 mars dernier quand mon Cyrus d’amour est parti tout seul dans sa cage des soins intensifs suite à une fausse route liée à une opération du larynx.
    Je n’oublierais jamais son effort pour se lever la veille de son décès quand je suis partie.
    J’ai 65 ans et je pleure comme une gamine.
    14 ans sans être un seul jour séparés et il a du se sentir abandonné dans ses derniers instants.
    J’ai l’impression que je ne m’en remettrai jamais et d’être dans un cauchemar dont on ne se réveille pas.
    Je vous souhaite à tous plein de bonnes choses et espère que votre douleur s’est apaisée même si elle est toujours présente.

Obtenez maintenant les tarifs et les dates de nos formations

logo ndc blanc

Obtenez

votre premier rendez-vous gratuit !

Obtenez maintenant les tarifs et les dates de nos évènements sportifs

Obtenez votre premier Tuto éducatif  gratuitement !