L’AKITA INU

  • 0 commentaire

L’Akita Inu, un monument naturel japonais.

Origine / Histoire de la race

L’Akita Inu est originaire du Japon, il porte d’ailleurs le nom de sa région de naissance. Il fut tout d’abord utilisé pour la chasse à l’ours et autres mammifères du pays (cerf élaphe,
sanglier, etc), il était également utile comme chien de garde. Par la suite, il sera sélectionné pour les combats de chiens. Ayant pour objectif d’agrandir la taille de la race, il fut croisé
avec le Tosa Inu et le mastiff. Après l’interdiction des combats en 1908, l’Akita devint un symbole japonais puisqu’il fut élu monument naturel en 1931. La seconde guerre mondiale a bien failli faire disparaitre la race. Quelques passionnés ont réussi à cacher des Akitas dans la montagne, pendant que d’autres individus fut exporté aux Etats-Unis. Ce qui a amené à se retrouver avec deux types de morphologies différentes. La FCI (fédération cynologique internationale) a différencié ces deux chiens en deux races distinctes : l’Akita Américain et l’Akita Inu.

Akita Inu

A savoir avant d’adopter

Comportement / éducation de l’ Akita Inu


L’akita Inu a un tempérament plutôt placide et calme, il ne fait pas donc pas partie des chiens sportifs. Bien qu’il se montre intelligent, il n’est pas le plus doué pour l’obéissance. Son côté très indépendant l’amène à prendre facilement ses propres décisions. Il convient donc de renforcer le lien maître/chien pour obtenir son attention. Le rappel est un ordre à enseigner en priorité. Car il a tendance à faire sa vie sans porter attention à son maitre. La problématique que l’on peut rencontrer avec un Akita Inu, c’est son incompatibilité à côtoyer ses congénères. En tant qu’ancien chien de combat, il peut garder un caractère affirmé. Une socialisation assidue et positive avec ses congénères est essentielle pour qu’il se montre le plus sociable possible à l’âge adulte.

Attention à :

Cette race est touchée par un problème de pelage héréditaire, l’adénite sébacée (AS). Cette maladie peut débuter avec de simples problèmes pelliculaires qui peuvent évoluer vers des pertes de poils conséquentes et une affection de la peau. Comme chez la plupart des grands chiens, on peut également rencontrer chez les Akitas un problème de dysplasie de la hanche ou du coude. On peut également parler du syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada (VKH). Qui est une maladie auto-immune génétique qui peut entraîner le décès du chien. Elle se déclare généralement avant les 3 ans du chien.

Cliché de cette race non fondé :

La stéréotypie la plus populaire pour l’Akita est qu’il s’agit d’un chien agressif avec ses congénères. Puisqu’à l’origine, il était élevé pour le combat. Cette activité malsaine est
interdite depuis de nombreuses années déjà, cela veut dire que cette race n’est plus sélectionnée sur un critère d’agressivité. Bien que ce chien ne soit pas le plus sociable du monde, certains sujets peuvent se montrer sociables en fonction de leur caractère, de leurs apprentissages et de leurs expériences avec leurs semblables.

Akita Inu

Questions aux éleveurs

Pourquoi avez-vous décidé d’élever cette race ?

J’ai découvert l’Akita inu lorsque j’étais jeune adulte, l’aspect primitif de ces chiens ainsi que leur gabarit m’a de suite attirée. Je me suis donc renseignée sur cette belle race originaire du Japon dont la culture me passionne depuis mon adolescence. L’élevage n’était pas mon projet professionnel initial. J’ai donc attendu que ma situation personnelle et professionnelle me permettent d’accueillir un chien dans de bonnes conditions avant l’arrivée de ma première akita.

Au contact de Kayla, je suis littéralement tombée amoureuse de la race avec son caractère atypique (dans lequel je me retrouve) et son physique particulier. Il est alors devenu évident que je ne pourrai plus passer un jour de ma vie sans Akita à mes côtés. Un deuxième Akita est ensuite entré dans ma vie. Et c’est au contact d’éleveuses passionnées et respectueuses de leurs chiens qui ont su m’encourager tout en me transmettant savoir et savoir-faire que j’ai finalement commencé à élever cette merveilleuse race à mon tour.

Quelles sont les tendances comportementales de cette race de chien ?

L’Akita est un spitz japonais dont le rappel est plutôt aléatoire avec un fort instinct de garde, de chasse et de prédation. Puisqu’initialement son ancêtre le Matagi inu était un chien de chasse à l’ours et un protecteur. Il est cependant considéré comme peu aboyeur ou du moins à bon escient et s’entend généralement bien avec le chat de la maison. Plus tardivement dans son histoire, son passé de chien de combat a marqué la race. Ce chien fier au fort caractère et intolérant vis-à-vis des congénères essentiellement de même sexe. La cohabitation d’un couple reste possible dans la grande majorité des cas. Mais deux mâles ou deux femelles ensembles risquent à terme de se battre à mort si rien n’est fait pour les séparer.

C’est un chien très calme et peu endurant qui préfère les siestes au soleil plutôt qu’une activité sportive intense. Il prendra tout de même plaisir à faire de longues promenades dans la nature. Souvent considéré comme têtu, il est pour moi fainéant, intelligent, autrement dit, il ne fera pas quelque chose s’il n’en voit pas l’intérêt. Il est par contre considéré comme fidèle et très proche de sa famille. Cependant, son caractère de chien-chat assure à son propriétaire une certaine indépendance notamment lors des promenades (d’où le rappel aléatoire cité précédemment). Ce trait de caractère fait qu’il tolère en général assez facilement la solitude (sous condition d’en avoir fait l’apprentissage). C’est une race sensible, mais qui possède des capacités d’adaptation importante. Ce qui fait que bien socialisé l’Akita pourra suivre sa famille dans des environnements variés.

Existe-t-il des lignées de travail et des lignées de beauté pour cette race et quelles sont leurs nuances comportementales ?

Il n’existe pas de lignée travail ou beauté dans cette race.

Quels types de maîtres pour cette race de chien ?

Pour moi, il faut préalablement des personnes renseignées sur la race et ses défauts. A l’écoute de leur chien et de leur éleveur, initiées à la communication canine, ouvertes à l’éducation bienveillante, intransigeante et logique qui sauront décrypter les nombreux signaux envoyés par leur compagnon. Pour que l’Akita puisse évoluer dans un cadre cohérent et rassurant. Attention cependant à ne pas confondre fermeté et violence. Taper son chien ou user de la force peut le rendre agressif. On dit souvent « une main de fer dans un gant de velours ». L’Akita est un chien sensible et obéissant. Adopter le bon ton et trouver la bonne motivation est donc indispensable avec lui (ne pas hésiter à utiliser les friandises et les caresses).

Comment éviter les incompatibilités entre les attentes du maître et la tendance de cette race ?

Il est certain qu’un chien de type spitz ne va pas avoir les mêmes prédispositions qu’un chien de type berger. Il est donc indispensable dans un premier temps de poser sur un papier les attentes que l’on a de son chien. Les activités que l’on souhaite faire avec lui, le temps qu’on va pouvoir lui consacrer. Dans un second temps bien se renseigner sur la race ses qualités ses défauts. Sur son éducation, sur l’élevage et les conditions de vie des chiens, sur les caractères des lignées présentent qui influeront forcément sur le futur chiot. Et surtout d’écouter l’éleveur parler de sa race. Car c’est lui qui sera le plus à même de vous conseiller et de vous orienter.

Enfin, on croise les données entre nos attentes et les caractéristiques de la race pour vérifier que tout correspond avant de faire l’acquisition d’un chien. Il est évident que si par exemple, on souhaite se promener dans un groupe de chien en liberté avec son compagnon, ce n’est pas l’Akita qui sera le plus adapté. Pour moi, ce processus est valable pour n’importe quelle race.

Existe-t-il des “faux clichés” de cette race ?

L’akita avec son physique proche du husky est souvent pris pour un grand sportif. Alors que c’est un chien très calme, peu endurant qui n’est absolument pas fait pour tracter. Il préfère les longues siestes au soleil plutôt que les efforts intensifs. Le film américain « Hatchi » reprenant l’histoire du célèbre Akita japonais Hachiko a également amené de fausses croyances sur la race.

Que faut-il savoir sur l’Akita Inu avant de l’adopter ?

Il faut être conscient que l’aspect gentil nounours de l’Akita ne colle pas avec le caractère réel du chien. En effet, comme évoqué précédemment, l’instinct de chasse et de prédation sont bien présents. Et son passé de chien de combat a fortement marqué son caractère et joue énormément dans ses interactions avec les congénères. Malgré ses défauts, la race a tout de même beaucoup de charme. Puisque la majorité des propriétaires d’Akita ne souhaite pas changer de race au décès de leur chien.

Élevage Akita inu Du Temple de Ginkaku-ji – Mme Coudrais Marina – Tel : 06 95 57 88 94
Site internet : https://akitainu.dutempledeginkaku-ji.fr/

Partager :
Nature de chien

Nous proposons plusieurs formations, notamment une formation pour devenir éducateur canin comportementaliste.

Notre chaine YouTube

NaturedeChien YouTube Channel

Vous connaissez les livres de Chloé Fesch ?

girl image

Vous avez une question à nous poser? Contactez-nous dès maintenant, nous sommes là pour vous aider!

Contactez nous
Nature de Chien

OBTENEZ MAINTENANT LES TARIFS ET LES DATES DE NOS FORMATIONS