Haut

5 raisons de ne pas adopter en animalerie

5 raisons de ne pas adopter en animalerie : Les usines qui produisent des chiots pour les vendre aux animaleries, ne se soucient guère du bien-être des animaux qu’elles élèvent. Les chiots naissent dans des conditions surpeuplées et insalubres. Vous n’êtes toujours pas convaincu ? Voici les 5 raisons de ne pas adopter en animalerie.

1/ L’origine

La première des 5 raisons de ne pas adopter en animalerie est l’origine du chiot. L’origine réelle de ces chiens est bien souvent inconnue. En effet, les chiots ne viennent en réalité que très rarement de petits éleveurs locaux. Le plus souvent, ils viennent d’élevages en batterie, comme pour les poules. Les lices sont condamnées à produire des chiots jusqu’à leur mort. Elles ne verront jamais la lumière du jour, ne connaîtront pas les joies de balades quotidiennes et encore moins la chaleur d’un foyer. Quel chien aimerait sincèrement avoir une telle vie ? La vie de votre chiot vaut-elle le coût de tant de maltraitance ?

Parfois, les chiots viennent même de l’étranger. On n’a alors encore moins d’informations sur leurs origines. Ils viennent des usines à chiots d’Europe de l’Est ou d’élevages non réglementaires. La raison ? Des chiens « de race » peuvent ainsi être achetés à moindre coût puis revendus au prix fort. Mais, ne vous laissez pas abuser. Un chien ne peut être dit de « race » que s’il a un livre des origines (LOF). Sinon, il sera considéré comme étant juste apparenté à une race. Que votre chien soit croisé ou non, n’a que peu d’importance en réalité. Mais, l’animalerie vous le vendra au même prix qu’un chien de race officiel.

De nombreuses animaleries disent acheter leurs chiens à des éleveurs responsables. Mais, le mot « éleveur » peut s’appliquer à quiconque met deux chiens ensemble. De plus, un véritable éleveur responsable ne veut généralement pas vendre ses chiens à une animalerie. Ils préfèrent les vendre en personne. Certaines animaleries inventent même des « garanties éleveurs » responsables. Mais, lorsque l’on y regarde de plus près, cette garantie n’est mise en place que par l’animalerie. Il n’y a aucun regard extérieur sur cette « garantie ».

2/ Le comportement des chiots

Pour qu’un chien soit bien dans ses pattes une fois adulte, il faut qu’il soit socialisé les premiers mois de sa vie. Cela signifie que dès sa naissance, il doit pouvoir découvrir à son rythme, le maximum de choses de manières positives. Cela lui permet de se forger un seuil de tolérance une fois adulte. Il aura moins de chance d’avoir peur ou d’avoir des comportements déviants comme de l’agressivité.

Malheureusement, les chiots issus d’animaleries n’ont pas cette chance. En effet, après leur sortie de l’élevage, les chiots sont immédiatement enfermés dans les vitrines, sans avoir été en contact avec le monde extérieur. Ils restent dans leur box toute la journée, sans sortir, à être regardés comme des bêtes de foire. Ce manque de socialisation, associé à la séparation violente avec la mère, entraîne bien souvent des problèmes de comportement chez le chien. En bref, vous avez plus de chance de tomber sur un chiot qui aura des problèmes de comportement en grandissant. Même, si cela ne touche pas 100% des chiots, acheter en animalerie c’est accepter que cela se produise.

Pour les chiots ayant transités par des pays de l’Est, il n’est pas rare qu’ils aient été séparés de leur mère avant l’âge de vente légale en France. Soit avant leur 2 mois. C’est alors un risque supplémentaire pour que le chiot ait des problèmes de développement.

3/ Les chiots sont souvent malades

Dans les usines à chien, que ce soit en France ou à l’étranger, il n’y a aucune sélection génétique. Ce qui signifie que l’on ne sélectionne ni le comportement, ni la santé des chiens reproducteurs. Aucun test de santé n’est d’ailleurs réalisé avant la reproduction.

Le travail de sélection permet en autre de conserver au maximum les caractéristiques d’une race. Mais, également d’établir un travail de sélection sur les lignées. Si cette sélection n’est pas faite ou mal faite, on augmente considérablement les risques de voir apparaître des maladies génétiques. Cette non sélection fait naître des chiots souvent plus fragiles.

Les maladies héréditaires pouvant affecter le chien sont nombreuses et variées. Voici quelques exemples :

  • Irrégularités osseuses et articulaires : achondroplasie, dysplasie du coude, dysplasie coxo-fémorale, dysplasie de l’épaule (ostéochondrite disséquante), luxation congénitale du coude, luxation de la rotule, hernie discale, spina bifida, prognathisme supérieur et inférieur.
  • Problèmes du système neuro-musculaire : hydrocéphalie congénitale, hypoplasie cérébelleuse, dégénérescence et abiotrophie cérébelleuse, hyperthermie maligne, épilepsie essentielle, narcolepsie-catalepsie, myélopathie dégénérative, ataxie spino-cérebelleuse héréditaire.
  • Altérations de la peau et des phanères : séborrhée primaire, sinus dermoïde, alopécie congénitale, hypotrichose congénitale, atopie, démodécie, dermatose à médiation immune, lupus érythémateux discoïde, adénite sébacée, dermatomyosite canine.
  • Anormalités oculaires : microphtalmie, distichiasis, entropion, ectropion, cataracte congénitale et héréditaire, luxation primitive du cristallin, glaucome primaire, dysplasie rétinienne, atrophie primitive des photorécepteurs.

Et bien d’autres maladies encore. 

4/ Les invendus

Lorsque les chiots proposés à la vente atteignent un âge où ils ne sont plus aussi mignons qu’avant, leurs chances d’être adoptés diminuent grandement. Les animaleries ne peuvent alors plus les faire garder en vitrine. Évidemment, les animaleries ne communiquent pas vraiment sur le sort de ces « invendus ».

Mais, pour avoir tenu une association de protection animale il y a quelques années, nous savons que bien souvent, les invendus n’ont pas un très bon avenir. Je m’explique. Un chiot invendu est retourné à l’usine. Celui-ci aura alors le choix de l’utiliser en tant que reproducteur, essayer de le revendre ou bien l’euthanasier. Dans de rares cas, le chiot peut être cédé à un des employés de l’animalerie, contre une somme dérisoire. En animalerie, le chien n’est qu’un produit de consommation comme un autre.

5/ La cause animale

Arrêtons de nous mentir, les animaleries participent à une forme de maltraitance en agissant comme nous l’avons vu plus haut. En ce sens, pour montrer votre désaccord avec ces pratiques cruelles et pousser les animaleries à abandonner la vente d’animaux, préférez adopter votre chien chez un éleveur sérieux ou dans un refuge.

Des éleveurs sérieux, ça existe. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire. Prendre un chien chez un éleveur sérieux ne va pas à l’encontre du bien-être animale. Celui-ci vous donnera des garantis et ne vous cachera pas l’origine de ses chiens.

Vous pouvez également adopter en refuge ou association. Adopter un animal et vous en sauvez deux. Celui qui sera dans votre famille et celui qui pourra prendre sa place en refuge.

Les bons éleveurs et les refuges sont souvent mis en opposition. Pourtant, ce ne sont pas des chiens de race que l’on retrouve dans les refuges. Mais, bien des chiens qui sont souvent croisés ou de race apparentées. Ce qui signifie que la plupart des chiens de refuge étaient avant tout des chiens de famille, issus de portées non déclarées.

Pour moi, ce sont les 5 raisons de ne pas adopter en animalerie. Il vaut mieux prendre son temps et chercher un bon élevage ou encore le vrai coup de coeur dans une asso, plutôt que de donner de l’argent aux animaleries.

Acheter en animalerie c’est contribuer totalement à la maltraitance que subissent ses animaux. Que ce soit avant, pendant ou après leur passage en vitrine. C’est aussi contribuer au sort qui est réservé aux reproducteurs : une vie de misère pour combler les envies de nombreux humains.

Cet article pourrait te plaire : Le Top 10 des mauvaises raisons d’adopter un chien

Article rédigé par :

Hélène

Rédactrice Canidélite par Nature de Chien
Posté dans

Partagez cet article :

Articles de la même catégorie

Reader Interactions

Comments

  1. Mathias Favre says

    Merci pour cet article très important. Bravo d’avoir ajouté cette vidéo qui est bien plus parlante que des mots ! Elle illustre parfaitement toute cette cruauté qui ne devrait simplement pas existé…

    Personnellement j’habite en Suisse et je crois qu’ici on ne trouve pas de chien en animalerie (je me demande s’il y a une réglementation à ce niveau). Du moins, même en cherchant, je n’en ai pas trouvé. Est-ce courant en France ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Le dernier article du blog

Mon chien n’aime pas les inconnus

Votre chien n’aime pas aller vers les inconnus ! Voilà quelque chose qui vous fait vraiment de la peine, car votre chien ne semble pas vraiment ...

Vous connaissez le livre de Chloé Fesch?

P_ABC_CHIOT_v5ok.indd
logo-canidelite

Retrouvez-nous sur

YouTube-logo

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.