Apprendre le “non” à son chien

N'hésitez pas à partager ce post !

Vous aimeriez bien savoir donner les interdits à votre chien ! Mais voilà, vous avez beau dire “NON!!!”, votre chien ne vous écoute pas. Pire, parfois, vous avez l’impression qu’il s’amuse même de votre autorité ! Alors savez-vous comment fixer les interdits à votre chien ? Savez-vous qu’il faut lui apprendre le “non” pour qu’il le comprenne vraiment ? Allez, je vous donne toutes les réponses dans cet article ! Alors bonne lecture !

Apprendre le “non” à son chien

Compréhension du “non”

Utiliser le “non” ou mot similaire pour évoquer un interdit est très souvent utilisé par l’humain. Mais qu’est-ce que cela peut signifier pour le chien ? Sait-il vraiment de quoi on parle ? Et surtout, est-ce que ce mot est bien employé ?

Souvent, la première volonté du maître qui utilise ce mot, est de dire à son chien d’arrêter une action, ou d’arrêter ce qu’il fait de mal sur l’instant T. On peut d’ailleurs lire un peu partout que le “non” doit être appris très rapidement quand le chiot ou chien adulte arrive à la maison, au risque de se laisser mener par son chien, voir pire au risque de se faire dominer !

Je vous rassure, il n’y a pas de hiérarchie qui tienne et cela n’a rien à voir avec le fait de mettre des interdits. Pour autant, comme faire comprendre au chien que quelque chose est interdit. Vous vous en doutez, on ne vous conseillera pas de taper votre chien ou de lui crier dessus !! C’est même totalement proscrit !

Avant de vous enseigner comment apprendre le “non” à votre chien, je vais vous donner les raisons d’apprendre les interdits à votre chien.

Expliquer au chien que c’est interdit

C’est la base de la base, mais ça vaut le coup de le dire parce que parfois, on oublie que nos chiens ne naissent pas avec les interdits inscrits dans les gênes.

Il faut tout leur expliquer. Et pour expliquer à un chien que c’est interdit, on doit surtout lui montrer ce qu’on attend de lui à la place !

Je vous donne un exemple pour plus de compréhension. Votre chiot vous pique votre chaussure et la trimballe partout ! Vous lui dites “non !” d’un ton souvent sec. Il arrête. Mais quelques minutes plus tard, ce sacripant recommence. Vous devenez alors un disque rayé, car vous lui répétez une seconde fois “non !”. Il s’arrête, puis il recommence à chaque fois.

Et c’est normal. Si votre chiot peu sentir votre colère, il ne peut pas savoir pourquoi exactement, vous êtes en colère ! Est-ce que vous êtes simplement de mauvaise humeur ? Êtes-vous en colère parce qu’il se trouve dans le salon ? Parce qu’il joue ? Parce qu’il a pris cette chaussure et pas une autre ? En fait, votre chien ne sait pas ce que vous attendez de lui.

C’est effectivement un apprentissage que vous devez lui enseigner.

Donner une alternative

Dire non à un chien, vous l’aurez compris ce n’est pas suffisant. Il faut lui faire comprendre ce que vous attendez de lui et donc lui montrer une alternative à son comportement gênant. C’est essentiel ! C’est le fameux détournement de comportement.

  • Vous ne voulez pas qu’il monte sur le canapé ? Leurrez-le jusqu’à sa place/son panier et récompensez le.
  • Vous ne voulez pas qu’il mange vos pieds de chaises ? Donnez-lui de quoi s’occuper.
  • Vous ne voulez pas qu’il vous aboie dessus ? Ne cédez pas à cette demande d’attention, et ne venez vers lui que quand il se tait. Pour lui apprendre que ce n’est pas en aboyant qu’on obtient les choses.
  • Vous ne voulez pas qu’il fasse pipi dans le salon ? Sortez-le au bon moment et récompensez le, dès qu’il fait au bon endroit.

De manière générale, pour vous aider à être dans cet esprit, vous pouvez parler « au positif ». Dire « fais ça » au lieu de « Non !! », globalement, c’est plus efficace pour nous, car ça nous met dans un autre état d’esprit et ça nous aide à être plus tolérant.

Connaître vos limites

Comme dans toute éducation, l’enseignant doit pouvoir connaître ses limites et celles de son élève pour ne pas empirer une situation. J’entends par là qu’il faut savoir être tolérant, surtout quand on vit avec une autre espèce.

Les chiens sont en règle générale très tolérant. Un chien qui a faim et qui n’a pas appris la frustration sera moins enclin à accepter une interdiction.

De même, parfois, c’est nous qui sommes fatiguées ou irritables. Dans ces cas-là, les petites choses qui nous font sourire d’habitude peuvent être ultras agaçantes.

Par exemple, un chien qui va chouiner ou “parler” pour attirer notre attention. Quand vous êtes en forme, cela vous fait peut être sourire, mais une fois fatigué, vous n’avez qu’une envie : du silence !

Votre chien ne peut pas comprendre qu’il a parfois le droit de quelque chose, mais selon certaines circonstances.

Autre exemple, votre chien vous saute dessus quand vous rentrez et c’est juste trop choupinet !! Votre toutou vous aime et vous adorez ça ! Mais voilà, aujourd’hui, il a de la boue partout, vous rentrez du travail, votre chien vous accueille sur le devant du jardin et vous saute dessus comme d’habitude. Cela vous irrite et alors vous punissez votre chien !

Il ne peut donc pas comprendre ce concept de l’exception. Alors soyez indulgent et surtout soyez cohérent dans vos interdits. Ne dites pas oui aujourd’hui pour dire non le lendemain. Vos choix ont des conséquences non-négligeables pour vos chiens.

Apprendre le “non”

Même si je vous demande de dire à vos chiens ce que vous attendez d’eux, je ne vous interdirais pas d’’utiliser le “non”. Cela peut être un mot d’alerte, un mot de sécurité. Le but est de ne pas l’utiliser à tout va, et surtout pas encore une fois sans précision de vos attentes.

Munissez-vous de friandises ou d’un jouet. Tendez votre main pleine de friandises fermée, et tendez votre main à votre chien. Son reflex devrait être de se servir lui-même. Au moment ou il touche votre main, vous pouvez (sans crier !) dire un “non” incisif à votre chien. Dès que votre chien détourne le regard, félicitez-le d’un ton joyeux avec un “ouiii !” et donnez-lui la friandise. Le but est que votre chien comprenne que renoncer c’est gagner.

Cet exercice est à répéter, et surtout à compliquer petit à petit.

Une fois que le chien comprend que le “non” est une interdiction, n’oubliez jamais de le détourner sur un bon comportement, une fois que vous avez prononcé ce mot.

Attention au mauvais “non”

Si apprendre le mot “non” pourrait s’avérer utile, il ne doit pas être une source de stress pour le chien. Lui répéter sans arrêt ce mot peut avoir des conséquences néfastes sur son apprentissage.

Par exemple, quand vous voulez apprendre quelque chose de nouveau à votre chien. Vous voulez qu’il se couche, mais il n’y arrive pas automatiquement, donc dès qu’il vous propose des choses qu’il a déjà appris vous lui dites “non”.

Il ne faut absolument pas faire cela. Vous couperait l’envie de votre chien d’apprendre, et il sera toujours bloqué de vous proposer un comportement de peur de se faire reprendre ! Votre chien finira par décrocher de l’apprentissage et donc de l’obéissance.

Quoi qu’il arrive, il faut rester tolérant et patient. Votre chien a tout à apprendre du monde des humains et ça tout au long de sa vie. Ce n’est pas évident de vivre dans un monde fait d’interdit ou de politesses que l’on ne connaît pas. N’oubliez jamais de donner une alternative (ne creuse pas dans mon jardin, mais tu peux le faire en extérieur). Si vous suivez ses règles, ce sera plus efficace pour changer son comportement sur le long terme tout en préservant la relation entre vous et lui.

Pour plus d’infos et astuces vous pouvez lire notre article sur les 3 secrets de l’éducation positive ou encore la méthode du clicker training !

Article rédigé par :

Hélène

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.