Prévention Santé : 2018 année à tiques et épillets

N'hésitez pas à partager ce post !

Votre chien travail en extérieur ? Se promène souvent dans la nature ? Il peut être sujet à certains problèmes graves en cette période de chaleur, comme les parasites externes et les épillets. Ces deux fléaux des chiens d’extérieurs peuvent amener à consulter un vétérinaire. Lisez cet article pour en savoir plus et prévenir l’apparition de certaines maladies.

Prévention Santé : 2018 année à tiques et épillets

Les tiques : risque de maladie de Lyme

Au printemps, la température est plus clémente, les activités canines également comme la chasse et les longues promenades. Cela annonce aussi le début du pic d’activité des tiques. Leurs morsures peuvent être le transmetteur de différentes maladies, dont une mortelle chez le chien : la maladie de Lyme. Celle-ci est commune à l’Homme et se transmet par une bactérie, Borrelia burgdorferi (ou Borréliose), à cause de la morsure de tique.

Symptômes de cette maladie chez le chien

Au premier stade, on ne remarque pas forcément cette maladie. Elle peut se manifester plusieurs mois après la morsure, contrairement à la piroplasmose (maladie aussi transmise par la tique due à un parasite qui détruit les globules rouges).

Le chien peut montrer une grande fatigue, de la fièvre voir de l’apathie. L’animal montre des signes de douleurs musculaires et articulaires (mouvements difficiles, refus de se lever, articulations chaudes voir gonflées).

Si la maladie arrive au stade supérieur, les symptômes sont plus graves : lésions cutanées, troubles du système nerveux ou du système cardiaque, insuffisances rénales…

Il est donc important de consulter un vétérinaire si vous observez les symptômes du premier stade, même si vous avez un doute. Car les symptômes peuvent passer après quelques jours, mais revenir plus tard et de plus belles pour arriver aux stades supérieurs plus graves.

Diagnostic

Dès que vous observez le moindre symptôme, allez au vétérinaire. Celui-ci peut diagnostiquer cette maladie en faisant deux prises de sang (séparées par 2 semaines) voir même, dans les cas plus avancés, des ponctions articulaires pour voir la présence de la bactérie. Et/ou en s’appuyant sur le contexte de vie du chien (zone géographique, mode de vie de l’animal).

Généralement, le vétérinaire vous délivre des antibiotiques et si l’animal répond rapidement à ce traitement, cela approuve le diagnostic.

Cependant, tout va débuter avec une bonne observation du propriétaire pour déceler un ou plusieurs symptômes.

Traitement et Prévention

Le traitement le plus utilisé est un antibiotique pris sur plusieurs semaines, afin de tuer les bactéries dans l’organisme, ainsi que des anti-inflammatoires pour soulager le chien des douleurs musculaires et articulaires.

Pour éviter toutes morsures, il est donc important de protéger l’animal, contre ces petits acariens que sont les tiques, grâce à des produits antiparasitaires externes.

Cependant, il faut aussi inspecter minutieusement le pelage de votre animal après chaque sortie.

Pour les propriétaires qui possèdent une assurance chien, les produits antiparasitaires peuvent rentrer dans leur forfait prévention.

Si vous observez que votre chien a été mordu, il faut vite retirer la tique à l’aide d’un tire-tique en enlevant bien la tête.

Vous pouvez aussi faire vacciner votre chien contre la borréliose (maladie de Lyme), qui est nécessaire pour les chiens à risque comme les chiens de chasse. Ce vaccin s’effectue chiot , et un rappel annuel est nécessaire pour une protection efficace et, si possible, à faire avant le pic d’activité des tiques (printemps-automne).

Comme sous-entendu plus haut, les chiens les plus à risque sont les chiens de chasse. Il est donc important de redoubler de vigilance avec eux, car ils sont actifs durant la période d’activité maximale des tiques. Il est nécessaire d’envisager une assurance chiens de chasse, qui peut couvrir les produits antiparasitaires, les vaccins, les hospitalisations, dus aux maladies transmises par les parasites extérieurs.

Un autre fléau des chiens de chasse : les épillets.

Qu’est-ce qu’un épillet ? Il s’agit d’un petit épi (fleur de toutes les plantes de la famille des graminées) que l’on retrouve dans les hautes herbes, les champs où tous les endroits où la végétation n’est pas régulièrement entretenue.

Ils sont durs et s’accrochent facilement. En effet, ils peuvent rentrer sous la peau de l’animal, y rester et créer de grave problèmes, s’ils ne sont pas détectés à temps.

La dangerosité des epillets chez le chien

L’épillet peut s’insérer dans votre animal (grâce à son rachillet dure) et voyager dans son corps dans le même sens à l’aide de ses barbillons. Il crée au passage de nombreuses lésions et peut endommager l’organisme du chien, et au final engendrer des infections graves.

Ils sont dangereux toute l’année, mais particulièrement en printemps-été, car c’est là que les épillets sont le plus dur, secs et se détachent aisément de leurs tiges.

Ainsi, le gros risque est que l’épillet s’accroche à la fourrure et qu’ils rentrent dans :

  • Ses oreilles : les oreilles tombantes y sont le plus assujetties (notamment les beagles, les bassets) et les poils longs.
  • Sa truffe : grattage de truffe et éternuement violent après une sortie peuvent être les symptômes. Il ne faut pas le retirer vous-même, vous risquez de l’enfoncer plus. Allez chez le vétérinaire.
  • Ses yeux : s’il n’est pas retiré à temps, votre chien peut perdre sons œil. S’il a l’œil fermé, un écoulement anormal, une douleur qui le font se frotter l’œil : vétérinaire.
  • Son pharynx : l’impression de s’étouffer voir essayer de vomir sont les symptômes. Cela peut provoquer un abcès, car l’épillet est inséré dans une muqueuse. Cela créer de la fièvre, des gonflements douloureux de la gorge et du cou.

Parfois, il peut migrer jusqu’aux poumons. Votre chien aura une toux qui pourra évoluer en pneumonie ou perforation du poumon.

  • N’importe où dans sa peau : un abcès purulent et douloureux est le principal symptôme. Souvent, l’épillet rentre par les pattes entre les doigts, qui se traduit par des boutons rouges très douloureux. Le chien se lèche la partie infectée intensément.

Les sacs anaux, replis de peau autour de l’anus, y sont assujettis. Ils peuvent se boucher et être gonflés. Le chien se lèche et se frotte l’anus par terre.

  • Ses voies génitales : l’épillet peut migrer dans l’utérus (si l’entrée se fait par la vulve) ou dans l’abdomen (si l’entrée se fait par l’orifice du pénis). Cela peut créer des infections importantes

Prévention

Voici quelques précautions que vous pouvez prendre contre ce fléau :

  • Si vous avez un jardin, entretenez le souvent.
  • Essayez d’éviter que votre chien se promène dans un champ ou de hautes herbes sèches.
  • Quand vous rentrez de balade, inspectez votre animal de fond en comble. Si vous voyez le moindre épillet sur le pelage, retirer le.
  • Entretenez votre chien à poils longs ou à poils denses. Emmenez-le chez le toiletteur ou, si sa nature de poils le permet, tondez le.

Conclusion :

La périodes printemps-automne est propice à la chasse, aux sports canins et aux balades plus longues. Elle est aussi propice à de nombreux problèmes associés à l’environnement qui peuvent entraîner des maladies (tiques, épillets…) voir la mort de votre animal. Il est donc important de bien protéger son animal et de bien l’observer. Pour les propriétaires de chiens de chasse qui sont le plus souvent dans les champs et les hautes herbes, envisagez lassurance chien de chasse, qui vous évitera de nombreux frais pour la santé de votre chien.

Article rédigé par :

Helene F.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.