Comprendre l'agressivité du chien – Dossier complet


Vous avez un chien agressif ? Ce dossier est fait pour vous !

L’agressivité du chien est l’un des sujets les plus délicat à traiter lorsque l’on parle d’éducation et comportement canin. Tout simplement parce que lorsqu’un chien en arrive à agresser, que ce soit un humain ou un congénère, c’est que son état émotionnel est tellement catastrophique qu’il ne voit d’autres moyens que l’agression.

C’est bien entendu désastreux et je vous propose ici de comprendre comment un chien peut-il devenir agressif, comment canaliser son agressivité selon chaque situation mais surtout (et c’est là le plus important) comment faire en sorte qu’un chien n’en arrive pas à un tel point, dans de nombreux cas, de mal être intérieur.

Un chien « agressif » ne naît pas méchant !

Tout d’abord, il me parait important de préciser qu’un chien ne naîtra pas agressif. Les chiens dits « méchants » le deviennent pour différentes raisons que nous allons aborder ultérieurement. Mais sachez qu’un chien sera toujours agressif pour une (ou plusieurs) raisons et que dans de nombreux cas, ce sont des manquements humains ou des inconsciences répétées qui amènent un chien à trouver comme unique échappatoire l’agression.

D’ailleurs, l’agressivité soit disant « naturelle » des chiens de catégorie, parlons-en ! Vous savez cette loi qui catalogue des chiens qui n’ont rien demandé et qui subissent simplement la non bienveillance et l’extrémisme des Hommes. Les chiens de catégorie, dits « dangereux » sont l’exemple même de l’influence (nocive) de l’Homme.

A lire aussi : notre article complet sur ce que dit la loi concernant les chiens de catégorie

Les 8 types d’agression

En éducation et analyse des comportements, on distinguera 8 types d’agression chez le chien. En effet, le chien aura toujours une raison de mordre. Avant d’en arriver à un tel point, il émettra, s’il est suffisamment « codé », un certain nombre de signaux pour prévenir : comme le grognement, montrer les dents, se lécher la truffe, etc. (sauf si l’agression est causée par de la peur). Toutefois, si tous ces signaux ne sont pas « lu » ni compris par la personne ou le chien visé, le dit chien « méchant » n’aura donc plus d’autre choix qu’agresser.

L’agressivité du chien par possessivité

Dans ce cas le chien cherche à faire fuir l’intrus qui menace sa ou ses ressources. On peut alors observer une agression par possessivité concernant différentes ressources comme la nourriture, l’espace ou encore le besoin de contrôle d’un membre du groupe social. Nous verrons ultérieurement comment régler le problème de l’agression par possessivité.

L’agressivité du chien par prédation

Concernant principalement les chiens qui chassent pour se nourrir ou pour ceux qui ont un très fort instinct de prédation (chiens de chasse et/ou chiens primitifs). On peut également observer ce comportement chez les chiens ayant besoin de contrôler ce qui est en mouvement (un troupeau par exemple).

L’agressivité du chien « territoriale »

Cette agression concerne les chiens ayant pour mission (voulue ou non par les maîtres) de garder/protéger un espace et donc de faire fuir les éventuels intrus. Cela fait partie de l’agressivité du chien par possessivité, principalement dirigée vers l’espace. C’est ce qu’on appelle l’instinct de garde, soit le chien l’a, soit il ne l’a pas et sachez qu’il est d’ailleurs interdit de « monter un chien à la garde ». La garde devrait toutefois se limiter au fait de prévenir et non d’agresser. Un chien de garde n’est pas un chien méchant, c’est un chien qui prévient et qui ne devrait avoir qu’un rôle dissuasif.

Attention toutefois à la notion de « territoire » qui est souvent mal interprétée ! Le chien, à la différence du chat, n’a pas de territoire à proprement parlé ! Il a cependant un espace qu’il peut être amené à s’approprier par le biais de la garde. Ainsi, lorsque l’on parle de marquage de territoire par exemple, c’est un non sens car il est évident que les chiens qui lèvent la patte dans des parcs ou sur des pneus de voiture ne cherchent pas à s’approprier l’espace mais davantage à laisser un message olfactif aux copains !

L’agressivité du chien par irritation

Cette agression concerne les chiens qui sont « à bout » et qui n’arrivent pas à se sortir d’une situation qui les irrite (d’où le nom ^^). L’irritation est d’ailleurs souvent la cause principale des agressions sur enfants par exemple. En effet, les enfants ont rarement la capacité de lire les signaux d’avertissement des chiens et cela amène alors les chiens à agresser pour se sortir de certaines situations irritantes pour eux. D’où l’importance de mettre en place des règles de vie pour tous les membres de la famille en ce qui concerne les contacts avec le chien.

L’agressivité du chien par peur

A mon sens, cette agression est très certainement la plus difficile à gérer car lorsqu’un chien agresse par peur, il ne prévient, en général, absolument pas ses « victimes ». Cela fait donc d’un chien agressif par peur un chien pouvant être complètement imprévisible.

L’agressivité maternelle du chien

Cette agression concerne bien entendu les mères qui veulent protéger leurs petits et donc faire fuir les éventuels dangers de la couche.

L’agressivité du chien par douleur

Cette agression concerne les chiens malades, blessées et/ou âgés. Le chien le plus gentil du monde pourrait se montrer agressif à la suite d’une blessure pour se protéger et éviter une nouvelle douleur. C’est clairement une attitude de protection, de survie, du point de vue du chien et cela ne signifie absolument pas que le chien devra ensuite être étiqueté comme « agressif » par la suite.

L’agressivité du chien re-dirigée

Cette agression est plutôt courante et n’est souvent pas volontaire. Il s’agit des chiens qui sont irrités par une situation et qui vont donc défouler leur trop plein émotionnel sur le premier individu venu. L’objectif de l’agression re-dirigée est donc de rétablir un état émotionnel stable, par n’importe quel moyen.

 


 

Nous avons donc vu les différents types d’agression, ce qui vous donne normalement un peu plus de billes pour éventuellement comprendre le comportement agressif de votre chien (si c’est votre cas). Mais je vous propose de voir ensemble d’autres causes qui peuvent amener un chien à être agressif.

 

Les principales causes d’un comportement agressif

(autre que les 7 types d’agression évoqués précédemment)

  • Un mauvais développement : Ainsi, lorsque vous adoptez un chiot dans un élevage, renseignez-vous un maximum sur l’état de santé mentale et physique de la mère lors de la gestation. Préférez toujours changer d’élevage si les conditions de développement de votre futur chien (chien que vous aurez pendant plus de 10 ans, ne l’oubliez pas) ne vous semblent pas optimales.

 

  • Une mauvaise socialisation : Sachez que la socialisation d’un chien doit se faire entre ses 3 et ses 12 premières semaines de vie. Ainsi, si vous faites bien le calcul, lorsque vous adoptez votre chiot à l’âge de 8 semaines (âge légal de vente, n’acceptez jamais d’acheter/adopter un chiot avant cet âge), il ne vous reste qu’un mois pour lui faire vivre un maximum d’expériences riches, positives et variées. Mais le travail doit avant tout être amorcé par l’éleveur car il ne faut pas « gaspiller » les premières semaines de socialisation du chiot. Ainsi, encore une fois, choisissez bien votre élevage !

Exemple concret : J’ai eu récemment une personne qui m’a contacté concernant son chiot de 4 mois qui avait peur de tout et qui n’était clairement jamais serein. C’est ce que l’on appelle le syndrome du chenil, stade 2 : peur de l’environnement. Cela s’explique par le fait que ce chiot a été élevé les deux premiers mois de sa vie dans une pièce fermée, qu’il n’a rien vu, rien vécu lors de sa phase principale de développement. Et histoire de rajouter un peu plus de handicaps à ce pauvre chiot, le vétérinaire de ce dernier a fortement conseillé à ses maîtres de ne pas le sortir avant ses 4 mois (date à laquelle ses vaccins seraient complètement à jour).

Voici donc l’exemple parfait d’un chiot qui, arrivant à l’âge de 4 mois, n’a rien vu d’autres que sa pièce de naissance, le foyer de ses nouveaux adoptants ainsi que le cabinet du vétérinaire… Et après on s’étonne qu’il ne soit pas à l’aise en société. Par chance, à 4 mois tout est encore possible avec de la patience, de la régularité, de la cohérence et de la bienveillance, mais malheureusement on ne pourra jamais revenir sur ce qui n’a pas été fait en temps et en heure.

  • Une mauvaise expérience : C’est souvent le cas des chiens qui subissent une « hyper socialisation ». Je m’explique : à contrario des maîtres qui enferment leurs chiots et les mettent en quarantaine jusqu’au dernier vaccin, certains emmènent leurs chiots partout, leur font vivre une multitude d’expériences et c’est une bonne chose… Faut-il encore que ces rencontres soient productives et non dévastatrices ! En effet il ne faut jamais oublier que les expériences doivent être régulières et surtout positives ! De plus, lorsque l’on propose un nouvel environnement ou autre à un chiot, il faut respecter son rythme et ne pas faire durer trop longtemps la nouveauté au risque d’épuiser le chiot et qu’il ne garde ainsi qu’un mauvais souvenir de ce moment.
  • Une prédisposition à la crainte : Enfin, il y a les chiens qui sont, non pas agressif de naissance, mais craintif naturellement (ce qui pourra ensuite découler sur de l’agressivité). Mais il ne faut absolument pas faire le raccourci de dire qu’un chien est né agressif ! Il est certainement né plus méfiant et craintif que d’autres, mais l’agressivité ne sera que la réponse à un état émotionnel déséquilibré.

Ces chiens sont reconnaissables dans la portée car ce sont ceux qui ne viendront pas vers vous plein d’entrain, ils seront souvent cachés sous les meubles et n’apprécieront pas les contacts. J’ai moi même fait « l’erreur » de choisir l’un d’eux. Je me disais qu’il était surement plus simple de permettre à un chien de prendre confiance plutôt que de canaliser une trop grande énergie : « erreur », effectivement ! J’ai souvent l’habitude de dire que l’on peut effectivement changer/adoucir/modifier la nature d’un chien mais que le naturel revient toujours au galop.


Après avoir vu pourquoi votre chien peut être amené à devenir agressif dans diverses situations et surtout comment cela peut s’expliquer, je vous propose de voir comment faire pour éviter cela ! Car c’est bien connu, la meilleure solution reste toujours la prévention !

3 conseils majeurs pour éviter l’agressivité du chien :

Savoir lire et comprendre les signaux émis par le chien.

En effet, naturellement, un chien cherchera à éviter un conflit plutôt que de le provoquer. Ainsi, il est important de savoir décoder tous les signaux envoyés par le chien, notamment pour éviter les agressions sur Humains. Concernant les interactions et potentiellement les agressions entre chiens, c’est ici qu’intervient l’importance d’une bonne socialisation car un chien qui aura communiqué dès son plus jeune âge avec d’autres chiens (notamment des chiens adultes équilibrés qui auront su le remettre en place si nécessaire) pourra ainsi connaitre et utiliser les codes canins pour communiquer avec ses congénères et donc, à fortiori, éviter les conflits.

Quelques exemples de signaux pouvant vous alerter sur le mal être d’un chien : il bâillera, détournera le regard et la tête, se léchera la truffe (attention, si les léchages sont répétés et rapides, cela traduit d’un mal être tel que l’agression n’est pas loin).

Puis il y a bien entendu les signaux d’avertissement : l’aboiement, le grognement, le « sourire » ou encore le léchage de truffe rapide et répété comme évoqué précédemment.

A lire aussi : Les signaux d’apaisement

Proposer une socialisation de qualité.

Nous l’avons partiellement évoqué précédemment mais je rappelle ici l’importance d’une bonne socialisation pour permettre au chien de vivre différentes situations comme si ces dernières étaient finalement des non-événements. Partez toujours du principe qu’un chien aura peur de ce qu’il ne connait pas. Et nous avons vu que l’agression par peur était très certainement la pire de toutes.

Ainsi, permettez à votre chien de rencontrer le plus de chiens possible (en étant quasi certain que cela se passera bien, évidemment, les rencontres doivent avant tout être contrôlées), mais aussi une multitude de situations et environnements divers : la ville, la forêt, le marché, la voiture, des bruits importables, des gens différents, des objets atypiques, etc.

Avoir une relation de confiance et de respect mutuel avec votre chien.

Je pense notamment aux chiens qui agressent parce qu’il ne se sente pas en sécurité dans telle ou telle situation. Sachez que votre chien doit vous considérer comme son référent, son « gardien », vous devez donc tenir ce rôle ! Ainsi, ayez une attitude cohérente, des règles de vie bien définies au quotidien et surtout : ayez confiance en vous et votre chien ! Si déjà vous êtes sûr à 2000% que tout se passera bien, cela ne réglera pas forcément tous les problèmes, pour toutes les situations, mais croyez moi, la démarche sera différente ! Tout simplement car vous imposerez un cadre et une attitude sécurisante à votre chien.

A lire aussi : Retrouver un équilibre avec son chien


Et pour finir, voyons comment résoudre une agressivité déjà installée. Que ce soit de l’agressivité sur humains, sur objets ou sur congénères.

Il convient bien entendu de trouver la cause de l’agressivité du chien en question afin de la comprendre, et je pense qu’avec ce présent article et à la lecture de tout ce qui précède, vous avez désormais davantage de billes sur le « pourquoi » votre chien agit de la sorte.

Et maintenant : comment faire !

Quelques pistes en fonction des divers contexte d’agressivité du chien :

  • Dans un premier temps, il me parait indispensable d’apprendre positivement à votre chien le port de la muselière car cela vous permettra de travailler en étant plus serein car, « au pire », il n’y aura pas de conséquences malheureuses. Cela participera à vous donner davantage confiance et donc cela se répercutera sur l’étai émotionnel de votre chien.

A lire aussi : Comment habituer son chien à la muselière

 

  • Ensuite, il me semble important de rappeler l’importance de savoir lire et interpréter tous les signaux d’avertissement et d’apaisement de votre chien pour anticiper un maximum ses réactions et lui permettre, toujours de manière anticiper, de retrouver un état émotionnel stable, en modifiant l’environnement, votre posture, en vous éloignant de la source de ses inquiétudes, etc. L’objectif ici sera de ramener la confiance et la sécurité qui manquent à votre chien à l’instant T, mais aussi d’anticiper d’éventuelles agressions par irritation.
  • Pour les chiens inquiets, peureux, craintifs et qui agressent ainsi pour se protéger, il convient de mettre en place une routine rassurante pour eux. Ainsi, ayez un mode de vie rythmé et bien huilé. Attention tout de même de proposer une routine rassurante et non stressante. Si par exemple votre chien a peur des inconnus et que vous allez toujours le balader lorsqu’il y a le plus de monde dans la rue : ce n’est pas lui rendre service !

A lire aussi : Chiens peureux : faut-il les rassurer ?

  • De même, si par exemple votre chien devient agressif à la vue d’enfants ou de foule : restez à distance et proposez à votre chien une activité qu’il adore tout en vous rapprochant petit à petit afin qu’il considère la présence d’un groupe de personnes comme quelque chose de positif. Toutefois, pour ce type de plan de travail, je vous recommande de le proposer à votre chien avec la présence et le soutien d’un éducateur canin professionnel pour ne pas aller trop vite dans le processus et adopter toujours la bonne attitude. C’est ce que l’on appelle un travail d’habituation et de familiarisation : il ne s’improvise pas et peut, s’il est mal proposé, aggraver le problème.
  • Lorsque vous avez un chien agressif, que ce soit pour n’importe quelle raison : il est indispensable de mettre en place une obéissance de qualité ! Cela peut paraitre dérisoire mais en tant qu’éducatrice canin, j’ai pu observer une nette différence entre la gestion de l’agressivité d’un chien éduqué et la gestion de l’agressivité d’un chien non éduqué ! Cela change tout car on peut davantage contrôler le chien ! Il faut bien vous dire que lorsqu’un chien est dans une démarche d’attaque (pour n’importe quelle raison que ce soit), il entre dans un état second et n’entend/ne voit plus rien : un voile se forme ! Ainsi, un bon travail d’éducation et d’obéissance permet de diminuer cet instant de non droits pour le chien alors que s’il n’y a pas d’obéissance, le chien reste dans un état catastrophique pendant beaucoup plus longtemps car il ne peut pas se fier à son maître.

Ainsi, on veillera à apprendre au chien des indications telles que la marche en laisse détendue, le « fixe », le pas bouger et toutes les indications de statique de manière générale. De plus, la posture et le placement du maître seront essentiels pour travailler également sur la communication non verbale avec son chien.

  • Si votre chien agresse par douleur, il conviendra ici de rétablir une communication cohérente, une gestuelle et des intonations adaptées, travailler les manipulations en douceur et toujours de manière positive, sans forcer le chien et donc, de manière générale, renforcer positivement tous les contacts proposés. Mais avant tout, il s’agira de respecter le chien ! S’il a besoin d’être tranquille, alors on le laissera tranquille. Mettez-vous un instant à sa place… Lorsque nous sommes douloureux, la dernière chose que l’on voudrait c’est que l’on vienne nous tripoter dans tous les sens, vous en conviendrez !
  • Pour toutes les agressions liées aux ressources du chien, il s’agira d’apprendre au chien à partager mais aussi, et surtout, d’apprendre à tous les membres de la famille l’importance de respecter également les ressources du chien. Voyons en détails les différentes ressources du chien et comment faire pour qu’elles ne deviennent pas source d’agressivité :
    1. Le panier : on ne viendra pas embêter (même si c’est pour le caresser) un chien qui est dans son panier. Il doit toujours assimiler cet espace comme son endroit refuge où il sait que personne ne viendra l’embêter.
    2. Le canapé : si votre chien a accès au canapé mais qu’il grogne lorsque vous lui demandez de descendre, on veillera alors à lui interdire cet espace tant qu’il n’aura pas compris que le canapé est avant tout un lieu de partage.
    3. La nourriture : il sera très important de respecter le moment du repas de votre chien (une ou deux fois par jour, jamais en libre service). Pour éviter que votre chien ne soit agressif lorsqu’il mange, ne retirez jamais sa gamelle ou des croquettes lorsqu’il est entrain de manger. En procédant ainsi vous ne ferez qu’augmenter le besoin de votre chien de protéger cette ressource. Ainsi, laissez votre chien manger tranquillement et, si vous le souhaitez vraiment, vous pouvez, en passant à côté de lui lorsqu’il mange, déposer des friandises ou d’autres croquettes à côté pour qu’il assimile votre présence à quelque chose de positif. Toutefois, si votre chien est toujours agressif, proposez lui ses repas non plus dans une gamelle mais plutôt éparpillé dans le jardin par exemple. Parfois c’est simplement la vue de la gamelle qui les rend « protecteurs ». Enfin, n’hésitez pas à apprendre à votre chien l’indication « pas bouger » le temps que vous déposiez la gamelle au sol et l’indication « aller mange » pour qu’il comprenne que vous êtes à l’initiative de cette ressource.
    4. Les contacts : toujours dans cette idée d’être à l’initiative, les contacts doivent toujours être initiés par le maître pour ne pas permettre au chien de prendre trop d’assurance dans ses prises de contact. En effet, on veillera toujours à faire comprendre au chien qu’il n’a pas à quémander de l’attention (que ce soit à travers des caresses ou des demandes de jeu par exemple). Cela peut paraître inutile pour régler l’agressivité d’un chien, mais bien au contraire, cela participe à proposer au chien un cadre rassurant, à travers une attitude cohérente de référent.
  • Pour beaucoup de type d’agression, il s’agira d’apprendre à son chien à renoncer ! Et cela passe ainsi toujours par de l’obéissance avec l’apprentissage d’indication de renoncement : stop, tu laisses, rappel, etc. L’apprentissage devra se faire progressivement et surtout de manière positive, et même à travers le jeu. Votre chien doit comprendre qu’en renonçant, il gagne quelque chose d’une grande valeur (à vous de trouver la motivation de votre chien : friandise, jouet, etc.). En clair : renoncer, c’est gagner ! De plus, sachez qu’il sera toujours plus simple de stopper une intention de faire (quand le chien commence à fixer sa « victime » par exemple) plutôt que de stopper une action déjà en cours (quand le chien est déjà entrain d’agresser). Soyez donc vigilant et observez bien votre chien !

Soyez acteur de la situation, ne subissez pas !

A lire aussi : Comment éviter les conflits entre chiens

Le point véto !

L’agressivité peut être causée par un problème génétique ou médical ! Ainsi, il sera toujours bon d’aller voir votre vétérinaire en cas d’agressivité non comprise/expliquée. Sachez que pour 60% des chiens qui développent des comportements agressifs au moment de la puberté, cela serait dû à un problème d’ordre génétique.
Par ailleurs, dans de nombreux cas, ce sont des problèmes liés à la thyroïde et un traitement existe (traitement contre l’hyperthyroïdie). Donc n’attendez plus et allez consulter votre vétérinaire pour écarter tout problème génétique ou médical.

Le dernier conseil pour la route

Enfin, pour conclure, à mon sens la principale chose à faire lorsque l’on a un chien agressif, c’est d’en prendre réellement conscience et de ne pas voir cela comme une fatalité ! Il existe des solutions qui, à défaut de parfois résoudre complètement le problème, peuvent l’atténuer et vous rendre à vous, et surtout à votre chien, la vie plus facile.

N’hésitez pas à faire appel à un éducateur canin comportementaliste, ou à demander conseil à votre vétérinaire s’il a quelques notions de comportement canin, mais ne baissez pas les bras et surtout n’abandonnez pas ! Chaque agressivité se traitera de manière différente selon le caractère du chien, le mode de vie proposé et l’attitude du maître. Il n’y a donc pas de recette magique donc n’ayez pas peur de demander de l’aide !

 

 

Clémentine Turgot – Nature de Chien / Canidélite 

Article rédigé par :

Chloé Fesch

Co-Gérante Canidélite et responsable de la formation Nature de Chien

Partagez cet article :

Articles de la même catégorie

Reader Interactions

Comments

  1. Merci pour ce super article. Il est vraiment très complet. On a maintenant une bonne compréhension des raisons de l’agressivité du chien. Le fait de donner des exemples est un vrai plus je trouve. Les pistes proposées permettent de mettre en oeuvre des solutions ! Bravo !

  2. Article très intéressant et complet !
    Comme cela est arrivé en promenade alors que ma chienne avait 4 mois, je vois souvent d’autres propriétaires raconter que leur chien se fait agresser sans raison. J’avoue que ce type de situation est assez traumatisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

logo-canidelite

Retrouvez-nous sur

YouTube-logo

Connaissez-vous le livre de Chloé Fesch?

Découvrez-le maintenant !

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.