Les chiens de race : Le Border Collie

N'hésitez pas à partager ce post !

Le Border Collie doit son nom d’une région frontalière entre l’Ecosse et l’Angleterre, « Les Borders » (frontières).

les-chiens-de-race-border-collie

Introduction

Mon premier métier à la sortie du Lycée m’a porté vers la montagne où j’ai rejoins une ferme ovine pour faire le berger. J’avais 20 ans.
A mon arrivée une petite chienne Border Collie m’attendait.

Fanny, 3 mois, venait d’un élevage Anglais. Nous avons commencé ensemble, c’était il y a 35 ans, j’ai approfondi ce métier avec elle et elle l’a appris essentiellement avec moi. L’histoire a duré 3 ans et lorsque j’ai dû quitter la ferme j’ai laissé une chienne de berger magnifique qui travaillait au sifflet et au geste parfois à 300 ou 400 mètres.

Ce furent parmi les plus belles années de ma vie.
Aujourd’hui c’est Fanny « 2 » qui partage notre vie de famille avec un bonheur tous les jours renouvelé.

fanny-et-antoine

Les origines

Malgré des origines lointaines et controversées : chiens de bergers des envahisseurs romains ou des peuples du nord de l’Europe, on retrouve un fond commun de Colley dès le XI ème siècle sur l’île.
En effet la contrainte de très grands espaces accidentés et de troupeaux éparpillés a nécessité plus que la garde elle même, des chiens capables de retrouver, rassembler et diriger le bétail.

C’est par des mélanges de vieilles races bergères : Bearded Collie, Bobtail, Welsh Collie Blue mais aussi par un apport de races de chasse notamment le Pointer et le Setter Gordon pour le flair qu’on a aboutit à ce chien merveilleux.

Décrit dans des ouvrages ruraux dès 1750 le type « Border Collie » a vite évolué vers une race reconnue proche des standards actuels et en 1873 à Bala au Pays de Galles le premier concours de chiens de troupeau Border Collie a eu lieu. 10 chiens étaient inscrits.

En effet les bergers impressionnés par les aptitudes hors normes de ce chien ont voulu dépasser le cadre du travail pour s’affronter avec leurs champions dans des exercices liant endurance, rapidité, rusticité et obéissance.
C’est en 1906 que l’International Sheep Dog Society (ISDS) a proposé le nom de Border Collie.
Vers ces années là, les premiers spécimens sont envoyés en Nouvelle Zélande et en Australie. Les chiens qui en découleront sont les Bergers Australiens tellement à la mode de nos jours.
En France les premières importations vraiment recensées datent du milieu des années 60.
Mais la race proprement dite n’est apparue dans les registres de la FCI (Fédération Cynologique Internationale) qu’en 1976.

Les standards

Ce chien à une caractéristique, c’est qu’il est l’objet d’une bataille entre les partisans du caractère au profit de l’aspect : « Brain Before Beauty » défendu par l’ISDS et les défenseurs d’un aspect physique gravé dans le marbre avec des standards rigides : Le Kennel Club Britannique qui prône les concours de beauté.

C’est la seule race de chien à qui on demande un test d’aptitude sur troupeau pour être accepté au Livre Des Origines (LOF).
On privilégie alors l’attrait pour le bétail, l’attitude « aplatie » de prédation, la non agressivité et l’instinct de regroupement à un aspect physique type.

Le Border Collie est classé dans le groupe 1, chiens de berger et bouviers et dans la section chien de berger.

Taille de la femelle : 47 à 52 cm
Taille du mâle : 50 à 55 cm
Poids : 15 à 20 kgs
Longévité : 12 à 15 ans

Poil : court à modérément long avec un sous poil fourni.
Toutes les couleurs de robes sont autorisées mais le blanc ne doit jamais dominer.
Les yeux bleus sont autorisés, les deux, un seul ou une partie d’un ou des deux yeux ; caractéristique des sujets bleu merle.

flocon

Le caractère

Le Border Collie est un chien solide, endurant, très actif, joyeux, réceptif, intelligent et docile.
Chez certains sujet on note un caractère assez craintif mais jamais agressif.
Que ce soit pour Fanny « 1 » ou Fanny « 2 », ce qui me touche profondément c’est la demande permanente de faire quelque chose, d’agir.
La maxime du Border semble être : « C’est quand qu’on fait quoi ? »
Il faut donc pour posséder ce chien être très disponible et avoir la possibilité de le défouler dans de longues promenades libres de toute entrave (bien travailler le rappel) mais aussi et surtout de lui faire faire des activités.
Il adore ce qui bouge, le mouvement, la dépense physique et…le travail intellectuel.
Obéissance, travail de ring, jeux, agility.
Il est champion dans toutes les disciplines.

A la maison, Fanny distingue la balle, le ballon (de foot crevé), le doudou (éléphant), un Biscroc.
Chercher la balle cachée dans la chambre, dans le panier ou dans la véranda, chercher aussi l’une ou l’autre des personnes de la famille.

« Faire cogiter un Border c’est du bonheur ».

Alors attention : ce chien déteste la solitude, l’indifférence et peut être cassé par un comportement violent.
A proscrire dans la solitude d’un appartement pendant les heures de bureau.

Enfin et pour finir, avoir le bonheur un jour de partager le regard interrogateur prêt à tout pour faire plaisir d’un Border, est une des plus belles expériences canines qu’il soit donné de vivre.
J’ai eu envie de le peindre.

tableau-border

Antoine FouqueauLes Coquins D’abord

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.