Devenir éducateur canin comportementaliste

Éducateur canin comportementaliste est un métier qui consiste à accompagner les propriétaires vers un équilibre et une harmonie dans la relation Homme – Chien. Un chien bien éduqué est un chien bien dans ses pattes et, de ce fait, le propriétaire sert de guide aux choses autorisées ou interdites pour le chien dans le but d’équilibrer la relation. L’éducateur canin comportementaliste sera donc le professionnel sur qui le maître pourra compter pour lui apprendre toutes les clés nécessaires à une bonne éducation. Nous allons passer en revue toutes les étapes et questions à se poser pour savoir comment devenir éducateur canin comportementaliste.

Comment devenir éducateur canin comportementaliste

Comment devenir éducateur canin comportementaliste ?

Voyons tout d’abord de façon très sommaire les différences entre un éducateur canin et un comportementaliste canin et le profil d’un éducateur canin comportementaliste. Nous aborderons ensuite les différentes formations pour devenir éducateur canin comportementaliste, puis le métier en lui-même. Tentons donc de répondre à la question « Comment devenir éducateur canin comportementaliste ? ».

Les différences entre éducation et comportement canins

L’éducateur canin va, comme son nom l’indique, aider à éduquer le chien de famille et résoudre les éventuels problèmes quotidiens auxquels sont confrontés les maîtres. Le comportementaliste canin va quant à lui aider à comprendre le problème, déceler un trouble du développement ou du comportement et ainsi proposer un axe de travail adapté et efficace.

Le profil d’un éducateur canin comportementaliste

Afin de devenir un bon professionnel, il faut être à l’écoute de la personne qui demande de l’aide. L’éducateur canin comportementaliste doit être une personne calme et confiante. En effet, l’éducateur canin comportementaliste doit avoir confiance en lui et en la méthode qu’il propose. Que ce soit du point de vue du chien ou du maître, si vous n’avez pas confiance en vous, cela se ressentira et le travail sera beaucoup moins efficace.

De plus, pour exercer ce métier, il faut être capable de convaincre et motiver les maîtres, leur apprendre à eux aussi à avoir confiance en eux. Se distingue donc une qualité de pédagogie de la part d’un bon éducateur canin afin de bien transmettre son savoir-faire.

Résumons les qualités nécessaires d’un éducateur canin comportementaliste :

  • Etre à l’écoute
  • Etre calme
  • Avoir confiance en soi
  • Etre pédagogue
  • Etre motivé
  • Etre passionné
  • Avoir le sens de la communication
  • Etre entreprenant

Pour se former

Les formations pour devenir éducateur canin comportementaliste

A l’heure actuelle une seule formation est reconnue par l’état, à savoir le Brevet Professionnel d’Éducateur Canin, ainsi qu’une option « comportementaliste » de la filière vétérinaire. Néanmoins, il n’est pas nécessaire de détenir ces diplômes pour exercer ce métier. En effet, il est possible de passer par des organismes de formation privés (ex : Nature de Chien).

Attention, toutes les formations privées ne se valent pas et il faut être bien attentif au contenu ainsi qu’aux méthodes d’enseignements avant de se lancer.

Comment choisir un bon centre de formation au métier d’éducateur canin comportementaliste

Tout d’abord, il faut choisir un centre de formation avec des valeurs et des méthodes en accord avec votre façon de faire en terme d’éducation et dans le respect de l’animal.

Pour être sûr de trouver le bon organisme, il est très utile de pouvoir contacter les anciens stagiaires afin de leur poser les questions et ainsi, compléter les informations du site.

De plus, un bon centre de formation ne propose pas uniquement des cours à distance, il y a de la théorie, des entraînements, des rendez-vous clients, de la pratique éducative avec des chiens, mais surtout une bonne interaction avec le formateur. Ce dernier doit être à l’écoute et savoir s’adapter à chaque stagiaire.

Résumons donc les conseils pour bien choisir son centre de formation :

  • Pouvoir contacter les anciens stagiaires
  • Se renseigner sur la méthode enseignée
  • Pouvoir avoir des rendez-vous client pendant sa formation est un plus non négligeable
  • Etre préparé à la création et la gestion d’entreprise
  • Avoir connaissance du programme de formation
  • S’assurer que la formation comprend des exercices pratiques
  • Vérifier que le nombre de stagiaires par session de formation n’est pas trop important pour avoir un suivi efficace avec votre formateur. Plus de 6 stagiaires pour un formateur n’est pas recommandé, surtout pour des formations de moins de 2 mois.

Après la formation…

Comment se lancer et quelles sont les réglementations du métier d’éducateur canin comportementaliste ?

Afin de se lancer dans la grande aventure de l’éducation et du comportement canin, il est nécessaire de posséder soit :

  • le Certificat de Capacité pour Animaux Domestique (CCAD)
  • l’attestation de connaissance
  • le diplôme reconnu par l’Etat (BP Educateur Canin) qui donne droit à une équivalence

A compter du 1er Janvier 2016, l’ordonnance n°2015-1243 du 7 octobre 2015 supprime l’obtention du CCAD pour exercer la gestion d’une fourrière ou d’un refuge, ainsi que l’exercice à titre commercial des activités de transit ou de garde, d’éducation, de dressage et de présentation au public de chiens et de chats.

L’article L214-6-1 du code rural et de la pêche maritime indique qu’il faut désormais :

  • Faire l’objet d’une déclaration au préfet
  • Mettre en place et utiliser des installations conformes aux règles sanitaires et de protection animale pour ces animaux
  • N’exercer que si au moins une personne peut justifier soit :
    • D’une certification professionnelle dont la liste est établie par le ministre chargé de l’agriculture
    • D’avoir suivi une formation dans un établissement habilité par le ministre chargé de l’agriculture afin d’acquérir les connaissances relatives aux besoins biologiques, physiologiques, comportementaux et à l’entretien des animaux de compagnie
    • De disposer d’une attestation de connaissance établie par l’autorité administrative

L’autorité administrative compétente pour délivrer l’attestation de connaissance est représentée par la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt).

Par ailleurs, en tant que professionnel, il est indispensable de souscrire une assurance professionnelle couvrant aussi les chiens de première et deuxième catégories.

Comment devenir éducateur canin comportementaliste

Où peut travailler l’éducateur canin comportementaliste ?

  • Sur un terrain privé : il peut être intéressant d’accueillir la clientèle sur un terrain adapté à l’éducation d’un chien où différentes activités peuvent être mises en places : obéissance, agility, sociabilité, école des chiots, etc.
  • Au domicile des clients : voir le chien dans son environnement est utile, il est donc recommandé de pouvoir se déplacer au domicile des clients afin de pouvoir travailler des exercices tels que l’apprentissage du panier, le départ en promenade, les zones interdites, le vol de nourriture, les absences, etc. Il est possible de ne travailler qu’au domicile des clients sans avoir de terrain d’éducation, cela nécessite simplement une organisation concernant la zone géographique d’intervention.
  • Lieux publics : il peut être utile de travailler le chien dans les situations de la vie quotidienne, tels que les parcs, la foret, la ville, etc. afin de rendre le maître autonome avec son chien dans toutes les situations de vie qu’il rencontrera.
  • En partenariat avec des magasins (animaleries, jardineries, etc) : il est possible de mettre en place des collaborations avec des magasins en proposant des conférences ou des leçons d’éducation au sein de leur structure. Cela permet à l’éducateur de développer sa visibilité tout en apportant une nouvelle clientèle au magasin.

Quel matériel pour se lancer ?

Afin de se lancer en tant que professionnel de l’éducation et du comportement canins, il est nécessaire d’acquérir différents matériels afin de répondre au mieux aux demandes exprimées par les clients mais également pour s’adapter aux besoins de chaque chien.

En effet, chaque outil sera utilisé dans un but précis et sera adapté à chaque chien. Il ne s’agit pas d’appliquer la même méthode, avec le même matériel sur tous les chiens, au risque de ne pas être efficace dans la résolution des problèmes rencontrés par les maîtres.

Voici donc la liste non exhaustive du matériel nécessaire à l’élaboration de la boite à outils d’un éducateur comportementaliste canin :

  • Collier plat
  • Harnais d’aide à la marche
  • Licol
  • Longes de 5m et 10m
  • Laisses multi positions

Ces outils permettent de travailler différents aspects et ne conviennent pas à tous les chiens. Il est donc important de bien observer et comprendre le chien avant de proposer un axe de travail nécessitant l’utilisation de certains outils.

Par exemple : un chien peut associer un harnais à quelque chose d’apaisant et protecteur tout comme il peut considérer cela comme une source de stress et donc une gêne.

Nous déconseillons fortement l’utilisation des colliers de dressage (type collier à pics, électrique et étrangleur).

Comment vivre du métier ?

Afin de pouvoir se lancer professionnellement dans l’éducation et le comportement canins, il faut bien étudier l’offre et la demande présente sur la zone géographique que vous souhaitez couvrir. En effet, le métier d’éducateur canin est très sollicité et il y aura bientôt plus de professionnels que de chiens à éduquer.

Afin de vivre de ce métier-passion, il faut, bien entendu, être motivé et ne pas compter ses heures.

Par ailleurs, afin de pouvoir répondre aux attentes d’un maximum de propriétaires, il est très important de s’adapter et de ne pas posséder une méthode unique, qui, de par son unicité, de sera pas forcément adaptable à tous les chiens, à tous les problèmes comportementaux et à tous les maîtres.

Enfin, il est primordial, pour vivre du métier d’éducateur comportementaliste canin, de développer la communication de votre entreprise. En effet, de nos jours, il est indispensable d’être visible afin de se faire connaitre et donc d’attirer un maximum de clients.

Un éducateur canin comportementaliste vivant de son métier peut prétendre à un salaire entre 1000 et 2000 euros mensuellement.

Comment devenir éducateur canin comportementaliste

Les différents problèmes que rencontrent les éducateurs canins comportementalistes

  • Problèmes d’obéissance (marche au pied, assis, couché, pas bouger, rappel)
  • Malpropreté
  • Destruction
  • Anxiété
  • Fugue
  • Aboiement
  • Agressivité
  • Hyper-Activité
  • Problèmes de sociabilité
  • Déséquilibre dans la relation maître-chien

Ces problèmes sont liés à un mauvais apprentissage ou simplement à l’absence d’apprentissage.

  • Malpropreté : il existe plusieurs types de malpropreté :
    • Cela peut être dû à un mauvais apprentissage si le chien est malpropre toujours au même endroit, en effet le chien n’ayant pas appris à se retenir, il va délimiter un espace dédié dans la maison.
    • Cela peut être dû à un problème de gestion de la frustration si le chien marque son territoire, souvent en l’absence du maître, en hauteur ou en plein milieu d’une pièce (ex : le lit).
    • Cela peut être dû à une anxiété de séparation, le chien n’arrive pas à contrôler cette émotion et cela se manifeste la plupart du temps en diarrhée.
    • La malpropreté peut être due à un temps d’absence trop long de la part des maîtres
    • Enfin, des problèmes de santé peuvent impacter sur la propreté du chien (ex : des calculs)
  • Destruction : Le chien détruit pour plusieurs raisons :
    • Le chien peut détruire en raison d’un mauvais apprentissage, en effet, le chien ne distingue pas ses jouets et les objets des maîtres.
    • Le chien peut détruire en raison d’un trouble lié à une mauvaise gestion de la frustration si les destructions se font au niveau des issues (portes, fenêtres) et sur des objets qu’il peut attraper à portée de gueule.
    • Un chien atteint d’un trouble d’anxiété de séparation peut également détruire les objets qui ont l’odeur des maîtres (canapés, tissus, chaussures…) car lorsqu’il est seul, son objectif principal sera de trouver son maître.
    • Enfin, le chien peut détruire parce qu’il s’ennuie, en effet, laisser des jouets d’occupation lors du départ peut aider à gérer l’ennui du chien.
  • Anxiété : Ce trouble du comportement est lié à une absence de détachement par le maître, qui est le second être d’attachement après la mère. Naturellement, le détachement entre la mère et son chiot est effectif à la puberté, de ce fait, lors de l’adoption légale à partir de 2 mois, le chiot va automatiquement s’attacher à son nouveau maître. On appelle ça le second attachement primaire, ce qui engendre une anxiété lorsque le chien se retrouve seul : des destructions, des vocalises, de la malpropreté, une attitude juvénile et parfois des activités de substitutions. Ce trouble peut également apparaître chez un chien adulte et est courant lors de l’adoption d’un chien en refuge.
  • Peur : Les peurs peuvent être liées à un trouble du développement dû à un environnement trop pauvre en stimulation entre la troisième et la douzième semaine du chiot. On appelle cela un seuil d’homéostasie sensoriel bas. En effet, lors de cette période, le chiot enregistre toutes ces expériences, bonnes ou mauvaises, de ce fait, s’il n’a pas suffisamment de stimulations, le chiot développera ce syndrome à différents stades :
    • Stade 1 : Peur d’éléments identifiables
    • Stade 2 : Anxiété permanente : peur de l’environnement
    • Stade 3 : Dépression : problème de santé associé
  • Fugue : un chien fugue pour diverses raisons :
    • Les chiens de chasse ou les chiens très primitifs (Husky, Chien-Loup, Akita…) fuguent car ils suivent des pistes et répondent à leur instinct de prédateur.
    • Les chiens qui ne sont pas suffisamment promenés fuguent car ils n’ont pas leur dépense quotidienne de la part des maîtres alors ils le font seul. Il est important de répondre aux besoins du chien, la balade en fait partie. Un chien a besoin de minimum 30 minutes de promenade par jour, en dehors de son territoire.
    • Le chien peut être amené à fuguer car il effectue toujours la même promenade et a envie de voir autre chose. Il ne faut pas hésiter à proposer diverses balades, dans des environnements différents.
    • Le chien peut également répondre à des stimulations extérieures d’autres congénères (copains de jeu, femelles en chaleur, etc.)
  • Aboiement : Par nature, le chien aboie et c’est un comportement normal. En revanche, lorsque l’aboiement devient intempestif, cela peut être lié à un trouble du comportement ou à un manque de dépense. Il est important de s’assurer que les dépenses du chien sont respectées autant intellectuellement que physiquement, que la relation maître-chien est équilibrée et que l’environnement est adapté au chien lors de l’absence de son maître.
  • Agressivité : il existe différents types d’agression :
    • Agression liée à une mauvaise gestion de la frustration
    • Agression prédatrice
    • Agression territoriale
    • Agression par irritation
    • Agression par peur
    • Agression maternelle
    • Agression par douleur

Il est important de déterminer la raison de l’agression afin de pouvoir proposer des solutions adaptées et donc efficaces à la résolution ou à l’atténuation du problème.

  • Hyper Activité : Ce problème est un trouble du développement causé par l’absence de la mère. Ce trouble est causé par un défaut des filtres sensoriels et des auto-contrôles. La mère n’a pas suffisamment endossé son rôle de protectrice et de référente lors des quatres premières semaines du chiot. Ce qui engendre donc une hyper vigilance ainsi qu’une hyper activité chez le chiot.
  • Problèmes de sociabilité : Cela se caractérise par deux troubles distincts :
    • Trouble intra-spécifique : entre les chiens. Ce trouble est souvent causé par le fait que le maître sépare deux chiens qui se « battent » et donc les empêche d’établir leur organisation.
    • Trouble inter-spécifique : entre l’Homme ou autres espèces et le chien. Ce trouble est souvent causé par une mauvaise interprétation, une mauvaise lecture du chien de la part du maître.

Mais cela peut aussi être dû à un défaut d’apprentissage des conduites sociales souvent causé par l’absence de la mère à partir des cinq premières semaines de la vie du chiot. De ce fait, le chien ne sait pas « parler » chien, ce qui engendre une mauvaise gestion de la réprimande, des difficultés à se soumettre, un hyper attachement au maître et une peur voire de l’agressivité envers ses congénères. Une autre piste peut être explorée qui est liée à une absence ou à une fréquente trop irrégulière de contact entre le chien et ses congénères. De plus, la répétition de mauvaises expériences engendre également ce trouble.

  • Déséquilibre dans la relation maître-chien : Le chien ne sait pas gérer sa frustration, ce qui peut entraîner des conflits réguliers et des comportements excessifs. Ce trouble apparaît généralement à l’âge de la puberté chez le chien à savoir entre 6 et 8 mois ou lors d’un changement dans sa vie, un déménagement, l’arrivée d’un nouveau chien ou la mort de l’un des chiens de la famille. Cela engendre un comportement de nervosité de la part du chien, comme le fait de sauter, de mordiller excessivement. Le chien n’aura pas une bonne obéissance, il connait les ordres mais ne veut pas les appliquer. Le chien aura également tendance à s’approprier les ressources tels que la nourriture, l’espace et les contacts jusqu’à détruire lors des absences, être malpropre et parfois même être agressif envers son maître.

En conclusion, un éducateur comportementaliste canin professionnel doit être capable d’établir le bon diagnostic et de proposer un plan de travail adapté à chaque problème ci-dessus. Il doit savoir accompagner les maîtres et les coacher ainsi que gérer les chiens en proposant des leçons efficaces et adaptées.

Les services complémentaires à proposer

  • Leçon pour chiot
  • Cani-Rando
  • Pistage
  • Agility
  • Obé-Rythmée
  • Leçon en ville, etc.

L’approche éducative Nature de Chien

Nous utilisons une boite à outils variée afin de s’adapter à chaque chien et chaque maître. Nous travaillons avant tout la relation maître-chien en se basant surtout sur une bonne lecture du chien. On amène le maître à travailler son langage corporel, ses intonations et son ressenti afin de mieux communiquer. Nous proposons une méthode basée sur l’équilibre de la relation et le respect du chien. Mieux comprendre son chien pour mieux s’entendre !

En résumé

Pour s’assurer que ce métier est fait pour vous, il est nécessaire de se poser les questions suivantes :

  • Suis-je capable de créer et développer ma société de manière autonome ?
  • Le travail en extérieur toute l’année me dérange-t-il ?
  • Ai-je un bon relationnel pour gérer ma clientèle ?
  • Suis-je suffisamment pédagogue pour coacher les maitres ?
  • Suis-je physiquement capable de gérer des chiens difficiles ou imposants ?
  • Est-ce que je sais m’adapter rapidement et me remettre en question dans mon projet ?

 

Vous vous demandez toujours comment devenir éducateur canin comportementaliste ?

Découvrez toutes nos formations d’éducateur canin comportementaliste.

 

Article rédigé par Chloé Fesch et Clémentine Turgot pour Nature de Chien.